La genèse de l'homme de Dieu
années 1920-1947

 

 

La semaine de prière pour l'Unité des chrétiens

 

 

La vocation œcuménique
du Père Marie Joseph Le Guillou


  



"Si nous en croyons ses notes, c'est au printemps déjà libérateur de 1944 qu'un jeune dominicain, Marie-Joseph Le Guillou, priant après avoir entendu une conférence sur le culte de la Vierge en Orient, eut "la certitude foudroyante" que sa vocation le consacrait au dialogue en profondeur, alors exceptionnel, entre catholicisme et orthodoxie. Quelques années plus tard, à l'hôpital, après une douloureuse opération, il découvrait les Pères grecs en lisant le traité de saint Athanase "Sur l'Incarnation"

de Olivier Clément

 

1949 : nommé membre du Centre d'études d'Istina (fondé en 1926)     
          C'était un foyer voué aux contacts avec les Églises orientales, et qui s'est très vite ouvert à tout l'univers œcuménique. Ce fut un lieu de rencontres privilégiées pour les pionniers de l'œcuménisme entre la fin de la guerre et le Concile Vatican II.

 

1952 : inaugure un cours sur la théologie orientale qu'il donnera jusqu'en  1967 à la faculté de théologie du Saulchoir

 

1954 : participe au lancement de la revue Vers l'unité chrétienne  et de la revue Istina. C'est une revue qui joua un rôle important pour l'expression de sa recherche et de sa pensée œcuménique

 

1957 : passe l'année en milieu orthodoxe : en Grèce notamment au Mont Athos : "Restez avec nous, lui dirent les moines, nous ferons de vous notre supérieur. Il faudrait peut-être devenir orthodoxe, bien sûr, mais vous l'êtes déjà. Vous l'avez montré, alors c'est tellement simple, restez."

1958 : obtient le doctorat en théologie avec mention, en soutenant sa thèse : Mission et Unité. Les exigences de la communion 

Avril 1960 : organise au Centre Istina des échanges entre théologiens catholiques, orthodoxes et protestants

5 juin 1960 : Jean XXIII crée un secrétariat pour l'Unité des Chrétiens


1961 : fait parti des 5 observateurs officiels représentants l'Église Catholique à l'Assemblée du Conseil Œcuménique des Églises ;
publie " L'Esprit de l'Orthodoxie grecque et russe "

 

1963 :est appelé à participer à la deuxième session du Concile, après la mort de Jean XXIII, quand Paul VI a repris le Concile oecuménique.
Travaux de la Commission de théologie et Nouvelle Commission pour l'œcuménisme

1967 : fonde, à l'Institut Catholique de Paris, l'Institut Supérieur d'Études Œcuméniques, et en est le premier directeur


1969 : nommé professeur à l'Institut catholique de Paris, où il est resté titulaire jusqu'en 1982.

 

25 janvier 1990 à 23 h 50 :
le Père Marie-Joseph Le Guillou s'endort dans le Seigneur
à la fin du dernier jour de la semaine de prière pour l'Unité des chrétiens.


 

 

 

 

 

"Une unité
donnée, tout gratuitement,
toujours neuve,
toute jaillissante de
la contemplation de
la face du Seigneur.

Une unité
qui est échange de tout l'être dans l'amour incessamment renouvelé dans sa source,
le Père et le Fils dans l'Esprit

Une unité
qui est transparence d'amour,
à l'image du Père et du Fils
dans leur transparence d'amour dans l'Esprit,
transparence donnée dans
la plénitude de l'Esprit.

Une unité
qui est paix et joie
dans l'Esprit Saint,
splendeur de l'Amour.

Une unité
qui n'a d'autre profondeur que la présence du Dieu
trois fois saint,

Toute ma vie apostolique
jaillit de cette unité.

Je ne suis qu'action de grâces, eucharistie pour
tout ce que Dieu a préparé
pour moi de toute éternité."

12 janvier 1975

 

© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."