Je voudrais entonner
un chant sur le monde,
le chant le plus vieux
germé de notre mort,
le chant le plus neuf
et le plus scandaleux
qu'oreille d'homme ait jamais entendu.

Du cœur de notre nuit
un chant de joie sur des larmes avalées et qui vous sèchent
au milieu de la gorge,
le chant du broyé de souffrances,
rejeté au loin d'un coup de pied,
dans le mépris.

Oh, ce chant de larmes miraculeusement joyeuses
mêlées de sang rouge
comme la terre entière,
que tant d'hommes attendent
pour se trouver eux-mêmes,
le chant de gloire
dansé sur la mort même,
le chant de l'Innocent.

 

Extrait du livre du Père Marie-Joseph le Guillou :
"L'Innocent, celui qui vient d'ailleurs" aux Éditions "Parole et Silence"

 

 

L'Innocent a été mis à mort;
pleurez sur Lui comme on pleure un fils unique,
pleurez sur lui

(Office de la Semaine Sainte)

"L'Innocent, celui qui, totalement dessaisi de lui même, pur de tout mal,
dérange à la jointure des moelles et de l'esprit,
au centre le plus intime de nous-mêmes;
celui qui, une fois rencontré,
brise toute tranquillité et rend la vie impossible!
On aura beau colmater les brèches, on le sait -
c'est joué d'avance, nos murailles, elles ne tiendront pas!
En présence de l'Innocent, il n'est pas de point d'appui, on est à tout jamais perdu,
à moins qu'on ne se confie à lui; c'est à la vie ou à la mort.
Avec lui, on en vient vite à l'irrémédiable! C'est un gêneur, on le tue!

Oui, dans notre monde, la vérité est toujours une vérité bafouée, et tout homme le sait d'instinct.

De l'Innocent, l'humanité a toujours rêvé.
Quelqu'un qui serait d'autant plus responsable du mal pour le porter sur ses épaules
qu'il n'y aurait aucune part!
Un pauvre qu'on réduirait à rien par des moqueries et des sarcasmes mais qui,
dans son innocence, accepterait d'être brisé à mort pour ses frères.

Le paradoxe perçu par toute l'humanité depuis les origines, il est là, tout simple : pour porter jusqu'au bout le poids de la bêtise et de la méchanceté des hommes, il faut en être absolument indemne ; pour triompher du mal, si loin qu'il puisse aller, il faut n'avoir avec lui aucune complicité. Et cependant celui que, dans son cœur malade, elle a depuis toujours bercé, l'humanité le vomit.

Étrange mystère: l'Innocent est à la fois le Désiré des nations et le Rejeté !

L'Innocent, le visage du Christ,
ce visage d'homme d'une totale transparence au Père,
offert comme le plus petit des petits -
le plus dépossédé de lui-même qui soit - à la tragique malice des hommes.
Il révèle dans l'amour, broyé par le péché du monde qu'il porte dans sa chair,
le mystère éternel du Dieu trois fois saint.

L'Innocent, la lumière du monde!


*******

L'Innocent, la demeure d'amour cachée par la tragédie du monde
mais qui s'ouvre à quiconque cherche!
A celui qui se confie en lui, il découvre l'amour et l'y fait habiter !

Oui, le Christ c'est l'Innocent.

N'a-t-il pas été traité de fou, d'imposteur, de possédé du démon?

N'a-t-il pas été l'enfant incompris, le pauvre au niveau de la considération humaine, celui qui découvre au cœur de sa pauvreté le regard de son Père, qui, de connivence avec lui, le protège de son amour ?

Le Père, Celui qui sauve, garde le démuni, la veuve, l'orphelin !
Le Christ, le Fils protégé comme personne par l'amour de son Père!
La protection suprême du Père : la Croix.

Infinie connivence du Père avec tous les hommes qui acceptent de rencontrer son regard.
Il les comprend, lui, et le seul vœu du cœur de l'homme,
c'est cette compréhension infinie qui,
le saisissant à la racine de lui-même, le recrée à neuf!

« Voici l'homme. » ( Jn 19, 5)

L'Agonie de l'Innocent: le cœur du monde !

L'lnnocent agonisant dans le monde, révélation de l'Esprit !
En face de lui, ou on rit - et c'est la mort -
ou je compatis, happé par son mystère - et la vie s'ouvre devant moi !

Agonie du Christ, réalité fondamentale dont rien ne devrait jamais nous détourner.
La face, l'agonie, elles ne peuvent être données qu'ensemble !
Agonie du Christ en tous ses membres.
L'Innocent, la victime des hommes et leur rachat!

L'Innocent ne prévoit pas le mal,
il le subit, horrifié,
comme l'enfant au visage atterré par le mal qui s'abat sur lui
et qu'il ne comprend pas.

Splendeur des civilisations anciennes, qui reconnaissaient la grandeur du « fou ». Elles ne l'avaient pas rationalisé, réduit, catalogué ! Infiniment fières, elles le portaient avec humilité ! Il était la part de Dieu, le signe d'un dessein mystérieux ; il était l'indice prophétique de l'Innocent.(...)
Partout de nos jours, les hommes détruisent, par l'image, leur visage, leur corps, tout leur être ! Ils se défigurent, ce qui est encore la meilleur façon de se tuer.(...)

Le ravi ! Il est au-delà, image de l'au-delà.

Une société qui n'intègre pas le pauvre structurellement est faussée, viciée à la racine. Il faut le crier au monde: une société qui rejette l'innocent n'a pas droit au beau nom de société humaine.

Seul l'Amour fait lever l'amitié entre les hommes !
Seul il révèle toute l'épaisseur concrète de la charité !

La défense du pauvre, elle, est au niveau de l'Innocent, au niveau de l'amour humilié et blessé à mort. Tous les systèmes sociaux les plus perfectionnés laisseront toujours échapper l'essentiel, la liberté de l'Esprit qui, à travers un regard de miséricorde, peut ouvrir en tout être les profondeurs de Dieu !

L'Innocent, c'est le méprisé ;
c'est le saint dans son innocence première retrouvée,
faisant communier les êtres par le fond,
quand tous les autres liens ont cédé ou sont coupés.

L'Innocent irrite ceux à qui la sainteté de Dieu ne s'est pas révélée dans l'amour, car n'est alors perçu que le négatif, l'apparence dérisoire, l'écart gênant pour notre raison, sans qu'on mesure le positif : la mise en question de toutes nos valeurs sérieuses.

Retrouver l'innocence de la vie humaine, redonner visage à ce qui est défiguré.

Un visage est d'autant plus visage qu'il est plus innocent!
L'innocence ! Être pardonné du péché que l'on sait,
être préservé du péché que l'on sait, être solidaire du péché.

L'Innocent, c'est le chant, le chant imprévisible,
le chant de la fontaine claire et limpide
qui coule au creux de la boue du monde,

le chant de l'amour vrai, miraculeusement libre,
le chant introducteur de la faille au cœur du monde.

Chanter l'Innocent qui nous révèle à nous-mêmes
pour nous réconcilier avec toutes choses.

Visage de l'Innocent, visage autour duquel tout l'univers s'ordonne.

C'est de la rencontre avec l'Innocent, dans l'épreuve, que naît notre visage.

L'Innocent livre le mystère de Dieu dans la folie au-delà de toute folie,
et le mystère de l'homme rejeté par la folie des hommes.

L'lnnocent récapitule tout en lui : il est l'amour, manifesté d'en-haut,
reprenant tout ce qui est d'en-bas, si humble soit-il.

L'Innocent, c'est l'absolue transparence,
la transparence de Dieu qui déconcerte les hommes.

L'Innocent,
celui qui ne se laisse reconnaître que par la lumière intérieure,
celui dont la splendeur est cachée, enfouie dans le secret,
celui dont le trésor est merveilleusement invisible,
pour qui n'a pas de recul dans la lumière de Dieu,
celui qu'on peut piétiner, parce qu'apparemment il n'est rien,
celui qu'on peut mépriser, comme on méprise l'amour,
celui qu'on peut condamner, lui qui ne riposte pas,
celui qui nous révèle le creux de notre cœur,
celui qui regarde d'en haut (...) et de si proche, parce qu'il nous aime.

L'Innocent, celui qui récapitule en lui tout le secret du monde.

Mystère transcendant de l'innocence du Christ,
qui débouche sur l'agonie et se consomme sur la Croix.

Il fallait cette innocence, victime de la malice des hommes, redoublée à l'infini par le mystère de l'union hypostatique, pour dévoiler le monde et l'homme dans leur dernière profondeur, pour dévoiler Dieu au monde.
Là est l'invraisemblable source du paradoxe chrétien: il est fondé dans l'innocence de Dieu.

Il est la lumière qui ne se dévoile qu'à ceux qui ont le cœur pur!
Merveilleuse innocence du Seigneur!
Il a dans le monde cette innocence qui se révèle au seul regard de l'enfant."

 


Extraits du livre du Père Marie-Joseph le Guillou :
"L'Innocent, celui qui vient d'ailleurs" aux Éditions "Parole et Silence"

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Écrits, Études] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."