L’Église s’unit chaque année par les quarante jours du Grand Carême au mystère de Jésus au désert.

Les Évangiles parlent d’un temps de solitude de Jésus au désert immédiatement après son baptême par Jean : " Poussé par l’Esprit " au désert, Jésus y demeure quarante jours sans manger ; il vit avec les bêtes sauvages et les anges le servent (cf. Mc 1, 12-13). A la fin de ce temps, Satan le tente par trois fois cherchant à mettre en cause son attitude filiale envers Dieu. Jésus repousse ces attaques qui récapitulent les tentations d’Adam au Paradis et d’Israël au désert, et le diable s’éloigne de lui " pour revenir au temps marqué " (Lc 4, 13).

La tentation de Jésus manifeste la manière qu'a le Fils de Dieu d’être Messie, à l’opposé de celle que lui propose Satan et que les hommes (cf. Mt 16, 21-23) désirent lui attribuer. C’est pourquoi le Christ a vaincu le Tentateur pour nous : " Car nous n’avons pas un grand prêtre impuissant à compatir à nos faiblesses, lui qui a été éprouvé en tout, d’une manière semblable, à l’exception du péché " (He 4, 15).

L’Église s’unit chaque année par les quarante jours du Grand Carême au mystère de Jésus au désert.

voir CEC 538-540
Copyright © Libreria Editrice Vaticana

 

 

LE TEMPS DU CARÊME

 

Dans le sillon du Père Marie-Joseph le Guillou o.p.
nous vous proposons un chemin de Carême en contemplant Jésus notre Maître bien-aimé.

En cette période l'Église accompagne les catéchumènes dans leur ultime préparation au Baptême qu'ils recevront dans la nuit de Pâques. Et aux baptisés "de longue date" l'Église propose de renouveler leurs promesses baptismales au cours de la Veillée Pascale.

Quarante jours passent très vite : mettons tout en œuvre pour que la source de vie éternelle jaillisse en nos cœurs pure, limpide et joyeuse !

Ces pages vous aiderons à écouter la Parole, avec l'oreille de votre cœur
et à entrer dans le Mystère de Dieu
grâce à la compréhension de la liturgie du Carême.
Pour faire de ce temps un vrai chemin spirituel nous allons de semaine en semaine vous proposer d'autres "pas" pour aller vers Dieu.

 

Entrée en Carême : Mercredi des Cendres :
10 février 2016

 

Le Chemin de Croix : prière pour chaque vendredi de Carême ( textes de méditation du Père Marie-Joseph le Guillou, photos : stations du chemin de croix de Servel son village natal )
Sept dernières paroles du Christ en Croix : méditation pour les vendredis de Carême ( textes de méditation du Père Marie-Joseph le Guillou, photos : Terre Sainte)
1er dimanche de Carême : Les tentations de Jésus au désert
...Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle !
Contempler l'indicible Amour de Dieu pour nous :
" l'Innocent a été mis à mort; pleurez sur Lui comme on pleure un fils unique, pleurez sur Lui ..."
2e dimanche de Carême : La transfiguration de Jésus

"... Il n'y a de transfiguration que pour une agonie ... "

En prenant conscience du scandale de notre péché : prière pour un temps de scandale.

3e dimanche de Carême Année C :
"Détruisez ce temple ..."

3e dimanche de Carême Année A (cycle baptismal) :
" Si tu savais le don de Dieu ..."

Entrer dans le mystère de l'amour vainqueur :
l'ultime prière de Jésus - la prière sacerdotale en Jn 17

4e dimanche de Carême Année C:
"... Ainsi le Fils de Dieu sera élevé sur la Croix..."

4e dimanche de Carême Année A (cycle baptismal) :
"... je me suis lavé; alors j'ai vu ..."

 

5e dimanche de Carême Année C:
"... Là où je suis, là sera mon serviteur ..."

5e dimanche de Carême Année A (cycle baptismal) :
"... Jésus dit : "Enlevez la pierre.""

Dimanche des Rameaux : Jésus entre à Jérusalem pour vivre sa Passion

"... Tu n'as pas reconnu le moment où Dieu te visitait" disait Jésus en voyant la ville sainte. Et nous ?! Allons-nous le reconnaître ?!

La Semaine Sainte : le Christ nous appelle à participer au festin des noces de l'Agneau : allons-nous répondre à son invitation ou trouverons-nous quelques excuses...

 

Du Catéchisme de l'Église Catholique :
Les multiples formes de la pénitence dans la vie chrétienne

n°1434 : La pénitence intérieure du chrétien peut avoir des expressions très variées. L’Écriture et les Pères insistent surtout sur trois formes : le jeûne, la prière, l’aumône (cf. Tb 12, 8 ; MT 6, 1-18), qui expriment la conversion par rapport à soi-même, par rapport à Dieu et par rapport aux autres. A côté de la purification radicale opérée par le Baptême ou par le martyre, ils citent, comme moyen d’obtenir le pardon des péchés, les efforts accomplis pour se réconcilier avec son prochain, les larmes de pénitence, le souci du salut du prochain (cf. Jc 5, 20) l’intercession des saints et la pratique de la charité " qui couvre une multitude de péchés " (1 P 4, 8).

n°1435 : La conversion se réalise dans la vie quotidienne par des gestes de réconciliation, par le souci des pauvres, l’exercice et la défense de la justice et du droit (cf. Am 5, 24 ; Is 1, 17), par l’aveu des fautes aux frères, la correction fraternelle, la révision de vie, l’examen de conscience, la direction spirituelle, l’acceptation des souffrances, l’endurance de la persécution à cause de la justice. Prendre sa croix, chaque jour, et suivre Jésus est le chemin le plus sûr de la pénitence (cf. Lc 9, 23).

n°1436 : Eucharistie et Pénitence. La conversion et la pénitence quotidiennes trouvent leur source et leur nourriture dans l’Eucharistie, car en elle est rendu présent le sacrifice du Christ qui nous a réconciliés avec Dieu ; par elle sont nourris et fortifiés ceux qui vivent de la vie du Christ ; " elle est l’antidote qui nous libère de nos fautes quotidiennes et nous préserve des péchés mortels " (Cc. Trente : DS 1638).

n°1437 : La lecture de l’Écriture Sainte, la prière de la Liturgie des Heures et du Notre Père, tout acte sincère de culte ou de piété ravive en nous l’esprit de conversion et de pénitence et contribue au pardon de nos péchés.

n°1438 : Les temps et les jours de pénitence au cours de l’année liturgique (le temps du carême, chaque vendredi en mémoire de la mort du Seigneur) sont des moments forts de la pratique pénitentielle de l’Église (cf. SC 109-110 ; ? CIC, can. 1249-1253; CCEO, can. 880-883). ces temps sont particulièrement appropriés pour les exercices spirituels, les liturgies pénitentielles, les pèlerinages en signe de pénitence, les privations volontaires comme le jeûne et l’aumône, le partage fraternel (oeuvres caritatives et missionnaires).

n°1439 : Le mouvement de la conversion et de la pénitence a été merveilleusement décrit par Jésus dans la parabole dite " du fils prodigue " dont le centre est " le père miséricordieux " (Lc 15, 11-24) : la fascination d’une liberté illusoire, l’abandon de la maison paternelle ; la misère extrême dans laquelle le fils se trouve après avoir dilapidé sa fortune ; l’humiliation profonde de se voir obligé de paître des porcs, et pire encore, celle de désirer se nourrir des caroubes que mangeaient les cochons ; la réflexion sur les biens perdus ; le repentir et la décision de se déclarer coupable devant son père ; le chemin du retour ; l’accueil généreux par le père ; la joie du père : ce sont là des traits propres au processus de conversion. La belle robe, l’anneau et le banquet de fête sont des symboles de cette vie nouvelle, pure, digne, pleine de joie qu'est la vie de l’homme qui revient à Dieu et au sein de sa famille, qui est l’Église. Seul le cœur du Christ qui connaît les profondeurs de l’amour de son Père, a pu nous révéler l’abîme de sa miséricorde d’une manière si pleine de simplicité et de beauté.


Copyright © Libreria Editrice Vaticana

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Écrits, Études] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."