Les pages de ce Carême seront illustrées avec les photos de la Terre Sainte.

Aujourd'hui : le Saint Sépulcre



 

 

 

 


















 


Les sept paroles du Christ en croix présentées ici suivent l'orientation des méditations que le Père Le Guillou laissait jaillir de son cœur après chaque parole de l'Évangile.

MÉDITATION
DES SEPT PAROLES DU CHRIST
EN CROIX

_____

Mystère du calvaire
Scandale de la Croix :
Le Maître de la terre,
Esclave sur le bois !
Victime dérisoire,
Toi seul es le Sauveur,
toi seul, le roi de gloire,
Au rang des malfaiteurs

_____


I
On emmenait, avec Jésus, deux autres, des malfaiteurs, pour les exécuter. Lorsqu'ils furent arrivés au lieu dit « le Crâne » ou Calvaire, ils mirent Jésus en croix, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche.
Jésus disait :

« Père, pardonne-leur :
Ils ne savent pas ce qu'ils font ».

(Lc 23, 32-34)

Le péché est incompatible avec la Gloire de Dieu. L'homme ne le sait pas. Jésus le sait. Ne pensant qu'à l'amour miséricordieux du Père, le Christ lui demande de nous pardonner, c'est-à-dire de donner au-delà du don, jusqu'à l'extrême. Demandons au Seigneur d'accueillir sa miséricorde et pour cela, laissons-nous dévoiler jusqu'à la fine pointe de notre être pour que Jésus puisse pardonner en nous.


L’heure est venue où sur la croix,
Jésus le Christ, notre Sauveur,
nous rend la joie des fils de Dieu.
VENEZ, ADORONS-LE !



II
L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu n’as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais, lui, il n’a rien fait de mal ». Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne ».

Jésus lui répondit :

« Amen, je te le déclare,
aujourd'hui, avec moi, tu seras dans le Paradis ».
(Lc 23, 39-43)

Jésus, vrai Dieu, vrai homme, est le juge suprême qui a pour seul critère de discernement des justes et des mauvais, la miséricorde divine, celle de son Père. Et l'invraisemblable arrive : Jésus promet à un brigand le Paradis, c'est-à-dire la plénitude de son Amour. Il a suffi au bon larron d'offrir sa liberté au Christ en croix et d'accueillir son regard miséricordieux. Tournons-nous résolument vers Jésus pour être avec lui, pour vivre de plus en plus en sa présence qui n'est qu'Amour.


L’heure est venue où sur la croix,
Jésus le Christ, Messie de Dieu
reçoit tout homme en son royaume.
VENEZ, ADORONS-LE !


III
Or près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère :

« Femme, voici ton fils ».

Puis il dit au disciple :

« Voici ta mère ».
(Jn 19, 25-27)

A l'Annonciation, Marie a prononcé son Fiat, l'Esprit-Saint l'a couverte de son ombre et elle est devenue la mère de Jésus, la mère de Dieu. A la croix, Marie prononce son Fiat pour devenir, à la demande de Jésus, la mère de Jean, la mère de l'Église, la mère de tous les hommes. Et nous voilà devenus les enfants bien-aimés du Père et les enfants bien-aimés de Marie. Tout le dessein de Dieu s'accomplit.


L’heure est venue où sur la croix,
Jésus le Christ, notre Seigneur,
rassemble en lui tout l’univers.
VENEZ, ADORONS-LE !


IV
Après cela sachant que désormais toutes choses étaient accomplies, et pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu'au bout, Jésus dit :

« J’ai soif ».
(Jn 19, 28)

C'est le cri de tous les agonisants : prions pour eux. C'est le cri de Jésus qui, au terme de son combat, crie son ardent désir que les cœurs des hommes s'ouvrent pour répandre à profusion son Esprit de vie, son Esprit d'Amour. Prions Dieu pour que tous les hommes prennent part à la mort et à la résurrection de Jésus-Christ.

L’heure est venue où sur la croix,
Jésus le Christ, notre Seigneur,
nous manifeste l’amour du Père.
VENEZ, ADORONS-LE !

 

V
A partir de midi, l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu'à trois heures. Vers trois heures, Jésus cria d’une voix forte : "Eli, Eli, lama sabactani ?" , ce qui veut dire :

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi
m’as-tu abandonné ? »

(Mc 15, 33-34)

C'est le cri de détresse de tout homme au cœur de la souffrance physique et morale. Jésus est abandonné de tous les siens excepté de Marie, Jean et quelques femmes. Il vit sa Passion seul. Il est humainement seul. Le poids du péché des hommes, qui est le refus de l'Amour de Dieu, lui fait éprouver l'abîme effrayant de la séparation d'avec Dieu. C'est pourquoi il crie au Père qui seul peut tout reprendre dans l'Amour : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?"

L’heure est venue où sur la croix,
Jésus le Christ, l’Agneau de Dieu,
donne sa vie pour nous sauver.
VENEZ, ADORONS-LE !

 

VI
Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit :

« Tout est accompli ».
(Jn 19, 29-30)

"Père, j'ai mené à bonne fin l'œuvre que tu m'as donné de faire". L'accomplissement de l'oeuvre du Père, c'est notre salut par la victoire de la vie, par la Croix du Christ. Le soldat, avec sa lance, perce le côté de Jésus : des fleuves d'eau vive en jaillissent. Jésus nous introduit ainsi dans cette charité qui est Dieu même. Il nous ouvre sa demeure qui sera notre héritage pour l'éternité. A nous de recevoir ce salut offert gratuitement. A nous aussi de prier pour que tous les hommes l'accueillent librement.
Alors tout sera accompli dans la Vérité.
Alors tout sera accompli dans la Charité.

L’heure est venue où sur la croix,
Jésus le Christ, le Premier-Né,
ouvre nos cœurs à son amour.
VENEZ, ADORONS-LE !


VII
Il était déjà presque midi : l’obscurité se fit dans tout le pays jusqu'à trois heures, car le soleil s’était caché. Le rideau du temple se déchira par le milieu. Alors Jésus poussa un grand cri :


« Père, en tes mains,
je remets mon esprit ».

(Lc 23, 44-46)

Le rideau du Temple se déchire par le milieu. Le Temple, c'est désormais le Christ auquel nous avons accès par l'Esprit-Saint que Jésus remet à son Père. Le Christ accomplit ainsi sa mission jusqu'au bout. Il institue un ordre nouveau, l'ordre de la réconciliation, du pardon et de la grâce.
L'avenir s'ouvre à nous dans la liberté de l'Amour. Nous sommes appelés à être un jour là où est le Christ, comme il nous l'a promis, et à le voir dans le face à face, dans la vision béatifique.
Que l'Esprit Saint soit notre vie : il nous fait entrer dans le dialogue du Fils avec son Père. Là est l'Amour. Que ce soit pour nous tous la grâce de la fête de Pâques
.

L’heure est venue où sur la croix,
Jésus le Christ, le Fils du Père,
s’anéantit jusqu'à la mort.
VENEZ, ADORONS-LE !

_____


Âme du Christ, sanctifie-moi !
Corps du Christ, sauve-moi !
Sang du Christ, enivre-moi !
Eau du côté du Christ, lave-moi !

Passion du Christ, fortifie-moi !
O bon Jésus, exauce-moi !
Dans tes blessures, cache-moi !
Ne permets pas que je sois séparé de toi !

De l'ennemi, défends-moi !
A ma mort, appelle-moi !
Ordonne-moi de venir à toi
pour qu'avec les saints, je te loue
dans les siècles des siècles !
Ainsi soit-il !


Les commentaires des sept Paroles du Christ en Croix sont édités
dans le « Chemin de Croix » du Père M.J. Le Guillou (Éditions Parole et Silence)

 

 

 

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Écrits, Études] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."