L'Ascension du Seigneur , année C

Actes des Apôtres 1, 1-11 Ephésiens 1, 17-23 Luc 24, 46-53

 

Que souhaiteriez-vous dire à votre meilleur ami ? Que souhaiteriez-vous à l’être le plus cher ? Rien sinon que le Père de notre Seigneur Jésus-Christ lui donne un esprit de Sagesse pour comprendre l’héritage que le Seigneur prépare aux hommes ! C’est le souhait de Paul qui fait mesurer notre foi puisque c’est la puissance même que Dieu a mise en la résurrection de son Fils.

Notre foi jaillit de la résurrection du Christ qui nous mène auprès du Père dans la gloire. Notre prière doit être pour nous et pour tous nos frères ceci : que notre cœur s’ouvre à la lumière de Dieu c'est-à-dire à cette espérance qu’il met dans notre cœur, espérance de la résurrection du Christ, héritage à partager avec tous les fidèles. « Qu’il ouvre votre cœur à sa lumière pour vous faire comprendre l’espérance que donne son appel, la gloire sans prix à l’héritage que vous partagez avec tous les fidèles, et la puissance infinie qu’il déploie pour nous les croyants ».

St Paul dit bien ensuite à quelle place le Père a placé le Christ : « Il l’a établi au dessus de toutes les puissance et de tous les êtres qui nous dominent quel que soit le monde à venir. Il lui a tout soumis et, le plaçant plus haut que tout, il a fait de lui la tête de l’Eglise qui est son corps et l’Eglise est l’accomplissement total du Christ, lui que Dieu comble totalement de sa plénitude ». Nous formons un seul corps dans l’Esprit et Jésus-Christ en est la tête, c’est lui qui soutient le corps tout entier dans la foi car il est vivant au plus haut des cieux.

Le Christ est vivant auprès de Dieu et notre vie est cachée avec lui en Dieu. C’est la vérité de notre être. Nous sommes des êtres vivants dans le mystère de Dieu et nous savons que notre tête est déjà au ciel. Nous gardons nos pieds sur terre mais notre être est déjà là où est le Christ dans la gloire. Nous devons avoir cette espérance qu’il y a dans le texte de St Paul, espérance prodigieuse au cœur de l’Eglise.

L’Eglise est l’accomplissement total au coeur du Christ, elle est totalement comblée de la plénitude de la divinité du Christ. Dieu en fait la lumière du monde et il veut qu’elle soit annoncée au monde.

Luc nous renvoie au moment où le Christ a été enlevé du milieu des apôtres. Le Christ s’en va comme il nous l’a dit, nous préparer une place et nous envoyer l’Esprit Saint. Il constitue ses apôtres témoins de ce qui s’est passé. Si aujourd’hui nous pouvons affirmer avec force et vigueur le pouvoir que Dieu a mis en œuvre dans le Christ, c’est grâce à ces hommes qui ont vécu avec le Christ qui l’ont vu mourir et qui l’ont vu après sa résurrection. Ce qui est au plus profond de l’Ascension, c’est cette transfiguration que le Seigneur va faire en nous à condition que nous le laissions faire. Il ne vient pas nous arracher à la mort immédiatement mais il nous y arrache définitivement. Nous sommes déjà ressuscités d’entre les morts puisque nous sommes baptisés mais le Seigneur nous demande de nous préparer au baptême de la Pentecôte dans le Saint-Esprit et de mesurer davantage ce qu’est la puissance de l’Esprit. Il est vrai que nous avons tous du mal à comprendre que cela se passe comme il est dit dans les Actes des Apôtres.

Les apôtres demandent à Jésus : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir la royauté en Israël ? ». Jésus répond : « Il ne vous appartient pas de connaître les délais et les dates que le Père a fixés dans sa liberté souveraine ». Nous voudrions toujours mettre notre destin à notre mesure ; or ce que le Seigneur promet, simplement, je dirais merveilleusement : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins..». Nous avons tous besoin de connaître en nous la force du Saint Esprit parce que la force du témoignage ne vient pas de l’extérieur, elle vient du cœur, du plus profond de l’être et c’est pourquoi les anges leur disent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? Jésus qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller au ciel ».

Au cœur de l’Ascension, il y a cette certitude que le Christ va revenir nous chercher avec sa toute puissance infinie. Bien sûr, nous recevrons le Saint-Esprit pour être forts mais il faut tenir compte des délais et là, le Seigneur patiente pour permettre aux hommes de se convertir et d’être sauvés. Sauver les hommes c’est, au fond, cette intronisation de l’Ascension qui le proclame. Les apôtres sont envoyés pour être les témoins du Christ, pour annoncer que la Passion du Christ s’est transformée en gloire de résurrection. L’échec apparent du Calvaire compensé par la puissance du Saint-Esprit fait de nous des êtres nouveaux si nous savons mesurer ce qui se passe en nous et si nous prions assez pour savoir ce que le Seigneur veut de nous.

Il faut laisser la Parole de Dieu nous mettre en question, nous renouveler, faire de nous des êtres libres parce qu’ils ont été bénis par la puissance du Seigneur qui monte au ciel : « Puis il les emmena jusque vers Béthanie, et levant les mains, il les bénit. Tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel ». C’est le grand prêtre qui bénit, qui se sépare de ses apôtres, mais qui demeure avec eux, à tout jamais. C’est pourquoi, ils sont dans la bénédiction et dans l’action de grâces.

Soyons nous aussi dans cette joie. Ce que Dieu a fait dans le Christ, il le fait dans notre foi et dans chacune de nos vies et il nous appelle à bénir. Bénissons Dieu parce qu’il est, bénissons Dieu pour ce qu’il est. Amen !

(Extrait du livre : La puissance de l'amour de Dieu dans sa Parole. Homélies, année C. Parole et Silence )

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Ecrits, Etudes] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."