Année B

Treizième dimanche du temps ordinaire

Livre de la Sagesse 1, 13-24 2 Corinthiens 8, 7-15 Marc 5, 21-43

 

Les textes que l’Eglise nous donne aujourd’hui sont en parfaite consonance avec le baptême auquel nous allons participer. Il s’agit de la vie, de la vie en plénitude, de la vie qui jaillit du cœur du Christ qui imprègne tout notre être. Cette vie est la vie éternelle, la vie même de Dieu. Ce baptême doit nous remettre en mémoire notre baptême ; il doit nous faire mesurer les exigences de notre baptême. Nous sommes en effet, pris dans le mystère du Seigneur pour lui être fidèles et correspondre à ce qu’il veut.

Nous sommes fait, comme le dit le livre de la Sagesse, pour une vie impérissable, pour une vie qui ne finit pas, pour une vie marquée par le sceau du Seigneur et totalement lumineuse. Vivre de la vie de Dieu ! Nous voyons bien ce que signifie vivre de la vie de Dieu en voyant Jésus Christ ressusciter la fille du chef de la synagogue. Il le fait avec une simplicité étonnante qui montre bien qu’il est le maître de la vie et de la mort et qu’il nous fait partager sa vie. On a beau se moquer de lui, il lui suffit de dire : « Talitha koum ; ce qui signifie : Petite fille, je te le dis, lève-toi » pour qu’aussitôt cette jeune fille se lève et se mette à marcher. Tout le monde est bouleversé et ne sais que faire mais le Christ merveilleusement humain, leur dit de la faire manger. Il est d’une simplicité et d’une transparence étonnantes avec nous. Il n’a jamais été si proche que dans les moments où il accomplit de tels miracles.

Le Seigneur nous demande de redécouvrir le sens de notre baptême ; cela nous pose la question de savoir si nous avons été transformés au plus profond de nous- mêmes et si nous nous sommes laissés emportés par cette vie. Cette vie est une vie nouvelle, c’est la vie même de Dieu. Croyez-vous que la vie de Dieu est en vous ? Croyez-vous qu’elle est si profondément ancrée en vous qu’elle vous appelle à témoigner de l’évangile ? Etes-vous vraiment prenante de cette vie éternelle ? Croyez-vous que c’est la vie par excellence et qu’elle s’épanouira dans la vision éternelle ? Nous verrons Dieu face à face !

Au moment de ce baptême, nous devons penser à cet appel du Seigneur à le voir. Nous le verrons. Nous croyons au ciel. Nous sommes des hommes extraordinaires parce que nous croyons, malgré les tempêtes, malgré les cruautés, malgré les difficultés de cette vie. Nous croyons au Seigneur. Nous croyons que Dieu existe et qu’il nous prendra près de lui. Nous avons à nous laisser façonner par cette réalité. A chacun d’entre nous, le Seigneur dit : « lève-toi ». Nous nous levons dans la foi. La foi est ce don total qui nous éclaire, qui nous illumine pour nous faire entrer dans le mystère de Dieu. Le néophyte qui sera baptisé tout à l’heure pénétrera dans l’Eglise qui est le mystère de la présence de Dieu parmi les hommes et nous nous laisserons prendre avec lui par la vie du Christ, la même vie que Jésus-Christ a communiquée en ressuscitant la jeune fille du chef de la synagogue. Croyez-vous que la seule chose importante dans votre existence soit la vie de Dieu ? Croyez-vous qu’elle est capable de vous donner le bonheur que personne ne peut vous donner sur terre, qu’elle est capable de vous donner la vie éternelle ? Croyez-vous  à cette vie qui va s’épanouir et qui fait que cet homme que nous connaissons, nous le rencontrerons dans la gloire,la joie et la paix ayant triomphé du mal grâce à la mort et à la résurrection du Christ ? Laissez-vous faire par cet amour ?

Si nous mesurons bien tout ce que le Seigneur nous demande, notamment tout ce qui touche à la vérité, nous ne pouvons que lui demander d’être fidèles. Ce néophyte que nous allons baptiser maintenant appartient au Seigneur, il est don de Dieu ; il nous reviendra de faire grandir en lui le mystère du Seigneur, ce mystère de présence du Seigneur, de correspondance à sa vie, de réponse à son inspiration et à ses impulsions.

Dans l’Eucharistie nous demanderons au Seigneur d’entrer au plus profond de nous-mêmes, de découvrir tout ce qui nous manque et tout ce que le Seigneur nous appelle à vivre. Nous sommes appelés à vivre la vie impérissables qui est déjà en action dans nos vies. Il s’agit pour nous d’y croire à l’infini ; cela bousculera nos vies jusqu’à ce qu’elles soient transformées. Pour cela, il faudra peut-être se laisser briser, broyer par le Seigneur mais l’essentiel est qu’il rende nos êtres fidèles. Demandons au Seigneur d’entrer dans cette vie éternelle qui est là, présente en nous et agissante dans notre amour, dans notre vérité, dans notre charité.

Quand nous confessons notre foi, nous reprendrons tout ce qu’il y a de plus profond au fond de nous-mêmes et ce sera la confession des enfants de l’Eglise. Puis nous dirons au Seigneur tout ce que nous attendons de lui et à quel point nous voulons recevoir la paix, la joie, la vérité et la lumière. Nous serons des êtres nouveaux avec le baptisé c'est-à-dire que nous serons renés avec le Christ et tout sera merveilleux. Le Seigneur aime chacun de nous personnellement, demandons –lui que cet amour repose sur chacun de nous et que la joie de Dieu soit en nous. Amen !

(Extrait du livre : Seigneur rien n'est plus vrai que ta Parole. Homélies, année B. Parole et Silence )

 

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Ecrits, Etudes] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."