Année B

Onzième dimanche du temps ordinaire

Ezechiel 17, 22-24 2Corinthiens 5, 6-10 Marc 4, 26-34

 

 

L'image de la semence est capitale, car la semence pousse, triomphe de tout, sur la moindre petite chose, la vie apparaît, et la vie gagne, la vie dure. La vie du Seigneur est encore plus profonde, elle nous fait désirer la liberté des enfants de Dieu pour nous tous mais plus encore pour le monde entier. « La création attend la liberté  de la gloire des enfants de Dieu ». Voulez-vous cette libération ? Voulons-nous cette libération du fond de notre cœur ? Nous pouvons crier notre souffrance, dit saint Paul à condition de savoir que cette parole est là et qu'elle enfante le monde. Le monde est enfanté par la parole de Dieu. Il est en croissance, il est en développement, il est en germe. Nous crions notre souffrance mais nous avons déjà le Saint-Esprit qui est l'amorce et la délivrance de notre cœur. Toute la création participe au salut.

Si nous sommes chrétiens, nous savons que le monde entier sera transformé par la gloire de Dieu. Nous croyons qu'il y aura des cieux  nouveaux et une terre nouvelle, nous croyons que notre corps ressuscitera comme le corps du Christ. Cela est déjà commencé. Cela germe puisque le Seigneur nous dit qu'étant le semeur, il sème la parole. Il n'y a pas d'autre semeur que le Christ. Cette parole semée pénètre les cœurs, et si je vous parle ainsi aujourd'hui, c'est pour que cette parole vous délivre, vous entraîne et vous porte en même temps. Nous avons à écouter cette parole, à l'accueillir, à la recevoir du plus profond de notre cœur, à l'accueillir dans la joie parce qu'elle est délivrance et elle nous empêche de nous laisser envahir par les soucis. Il ne s'agit pas de sourire des soucis de ce monde, la plupart sont parfaitement légitimes : ce n'est pas ce que le Seigneur veut dire. Le Seigneur veut souligner qu'il faut centrer sa vie sur la Parole de Dieu, voir dans sa parole le tout dans le mystère de Dieu, ce qui fait lever le monde. « Fais de nous des hommes libres » dit la préface de Sérapion. La Parole de Dieu nous rend libres, fait de nous des hommes nouveaux pour le royaume de Dieu.

Demandons au Seigneur un cœur nouveau, un cœur transfiguré, un cœur qui sache écouter, un cœur qui sache écouter, un cœur qui sache entendre le murmure de la Parole de Dieu au plus profond du cœur et que cette parole soit transformante. Je ne vous souhaite qu'une chose, c'est que ce murmure de la parole vous déchire jusqu'au fond de votre être, qu'il vous broie, vous brise et vous fasse grandir. La parole de Dieu est une chose merveilleuse et terrible. Nous avons à demander au Seigneur de connaître cette approche du Seigneur. La Parole de Dieu achèvera ce qu'elle a commencé. Comment pouvons-nous dire cela ? Comment ai-je l'audace de dire que cette parole fera ce qu'elle a commencé en vous, qu'elle poussera malgré les obstacles, malgré toutes les misères ? La Parole de Dieu est la puissance même de Dieu. Elle est déjà victorieuse : c'est dans la foi que nous le disons et le dire dans la foi, c'est le dire sans le voir. Pourtant, si nous nous heurtons à cela, nous savons que les paroles de Paul, de Pierre, de Jean sont vraies. Le Seigneur est la vérité, il pénètre notre cœur. Beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que nous voyons et ne l'ont pas vu, entendre ce que nous entendons et ne l'ont pas entendu. Nous avons la chance inouïe que la parole de Dieu soit déposée au fond de notre cœur dès notre baptême.

Demandons au Seigneur de se révéler à nous, que nous découvrions son visage ineffable qui nous transfigurera, qui fera de nous des êtres extraordinaires. Je dis bien sans hésiter, nous sommes des êtres extraordinaires par la puissance qu'il y a dans nos vies, malgré les apparences, extraordinaires parce que ce qui a été annoncé s'accomplira sûrement. A nous, il est donné de connaître le Royaume des Cieux. Rendons grâces au Seigneur qui nous dirige vers son mystère et souhaitons que les hommes le rencontrent. Mais je vous en prie, croyez que la Parole de Dieu est déchirante, qu'elle ne laisse pas tranquille, qu'elle s'abat sur nos vies comme s'abat la croix et qu'elle pénètre partout même si nous voulons lui barrer le chemin. Il y a toujours un coin de notre cœur que nous ne voulons pas évangéliser ; c'est ce coin que le Seigneur cherche, ce coin que vous gardez pour vous, pour votre petite sécurité et c'est ce que le Seigneur vous demande de lâcher. Je vous en prie, lâchez tout et vous verrez que le Seigneur est toute puissance et que les paroles d'Isaïe sont actuelles. « La pluie et la neige qui descendent du ciel n'y retournent pas sans avoir abreuvé la terre ; ainsi ma parole qui sort de ma bouche ne reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce que je veux, sans avoir accompli sa mission ». Croyons-le : nous sommes témoins de cette mission de la Parole, nous voyons cette parole éclater dans nos cœurs en brisant nos vases d'argile, pour qu'elle puisse se communiquer au monde et qu'un jour elle transforme nos corps de misère en corps de gloire. Amen !

 

(Extrait du livre : L'amour du Père révélé dans sa Parole.
Homélies, année A.
Parole et Silence )

 

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Écrits, Études] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."