Vingt-septième dimanche du temps ordinaire

Habacuc 1, 2-3 ; 2, 2-4 II Timothée 1, 6-14 Luc 17, 5-10

 

Avons-nous la foi ? Une foi à déraciner tous les obstacles qui sont sur notre route ? La foi est la puissance même de Dieu en nous. Notre foi s’appuie sur Dieu pour regarder le monde dans sa lumière. La foi est le don de Dieu qui nous livre au mystère du Seigneur et qui le laisse nous construire nos vies. Vous considérez-vous comme des serviteurs utiles ? Si c’est le cas, vous vous fermez sur vous-mêmes et à la réalité du mystère de Dieu en nous. Notre gloire est le fait que nous nous reconnaissons serviteurs qui transmettent la Parole de Dieu. C’est cela l’important dans nos vies.

Paul nous dit à quel point il prie pour la foi de Timothée, son enfant bien-aimé. Il veut que son disciple prenne tout sur lui, qu’il soit fidèle à la Parole de Dieu, qu’il l’annonce dans le monde et qu’il n’ait honte ni de l’Evangile, ni de Paul qui est en prison. « N’aie pas honte de rendre témoignage à notre Seigneur, et n’aie pas honte de moi, qui suis en prison à cause de lui ; mais avec la force de Dieu, prends ta part de souffrance pour l’annonce de l’Evangile ». Paul demande à Timothée une ouverture sans mesure au Seigneur, un don de tout lui-même que nous avons à suivre.

Habacuc dit : « Celui qui est insolent, n’a pas l’âme droite, mais le juste vivra par sa fidélité ». La foi traverse nos vies à un moment ou à un autre, en les traversant elle les bouleverse. Qu’avons-nous à faire sinon à répondre personnellement, humblement, dans la vérité. C’est Dieu qui construit nos vies. La seul grâce à lui demander, c’est de ne pas mettre d’obstacles à cet élargissement de notre cœur à son amour.

La réalité fondamentale du monde, c’est la foi, la foi dans le Christ Jésus qui s’est livré pour nous et qui nous a aimé le premier. Nous sommes en communion avec Dieu et nous avons à vivre de cette communion dans l’ouverture la plus totale qui soit, en laissant le Seigneur faire ce qu’il veut de nous.

Etes-vous prêts à faire ce que vous demande le Seigneur ? Etes-vous prêts à écouter la voie du Seigneur ? Laissez-vous faire par la parole, cette parole vivante qui fait la vérité dans nos vies ! Le Christ nous ne demande qu’à accentuer sa présence en nous. Il veut faire de nous des êtres extraordinaires parce que pris dans la plénitude du mystère de Dieu.

Dieu est le Vivant  et il nous rencontre comme le Vivant ; nous devons rendre grâce pour cette rencontre. Car au fond, la seule chose que nous demande le Seigneur, c’est d’accepter la rencontre avec lui. Cela suppose que nous déracinons en nous ce qui est contraire à son amour et surtout à sa vérité. Cela, ce n’est pas nous qui le ferons, c’est le Seigneur à condition que nous le laissions frapper à la porte et que nous lui ouvrions.

Nous sommes des êtres livrés au Seigneur et livrés les uns aux autres. L’homme a besoin d’être reconnu par son frère. Et l’Eglise est ce lieu où les hommes se reconnaissent dans cette communion, dans cette vérité, dans cet amour. Ce n’est pas une pratique seulement, c’est la réalité la plus invraisemblable qui soit, la réalité de cette rencontre avec un être vivant qui nous justifie et donne sens à notre existence.

Supplions le Seigneur d’augmenter notre foi qui est un appel personnel, inouï, un appel comme il n’en est pas d’autre qui pénètre nos vies et les transfigure. Avez-vous rêvé que le Seigneur transfigure vos vies, désirez-vous que le Seigneur pénètre et modifie tout ce que vous êtes ? Et si vous avez senti son appel, ne vous êtes-vous pas dérobés ?. Il s’agit de se donner au Seigneur.

Demandons au Seigneur qu’il nous donne un regard nouveau sur nos frères, un regard nouveau sur nous-mêmes, que nous puissions nous aimer comme l’un des membres souffrants de Jésus-Christ, nous aimer dans la vérité de l’Evangile.

Que le Seigneur nous donne d’entrer dans cette vérité. C’est là que le Seigneur nous rencontre. N’ayez pas peur, ouvrez lui les portes de votre cœur ; il vous donnera tout ce qu’il a à vous donner, la réalité la plus belle qui soit, le Saint-Esprit. Il vous fera communier dans le Saint-Esprit à sa vérité et vous serez des êtres tout neufs au milieu des tribulations de ce monde, mais sûrs de Dieu, sûrs de son action dans le monde. Amen !

(Extrait du livre : La puissance de l'amour de Dieu dans sa Parole. Homélies, année C. Parole et Silence )

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Ecrits, Etudes] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."