Vingt-cinquième dimanche du temps ordinaire

Amos 8, 4,7 1 Timothée 2, 1-8 Luc 16, 1-13

 

« Nul ne peut servir deux maîtres… Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent ». Cette formule percutante du Christ montre bien ce qui est en jeu. Il faut choisir entre Dieu et Mammon, c'est-à-dire le dieu de l’argent. Dans la parabole que nous avons, ce n’est pas la malhonnêteté qui est mise en avant mais l’habileté du gestionnaire à préparer son avenir.

Pour les chrétiens, le Seigneur nous invite à préparer notre avenir et à lui rendre de notre excellente gestion : par le don de nos biens aux pauvres et le partage de la justice. Ces biens ne nous appartiennent pas. Le Seigneur nous demande avec insistance de discerner les vrais biens et de tout mettre en œuvre pour répondre à notre vocation de chrétiens dans le monde. Quels  sont les vrais biens ? Ceux qui sont ordonnés, au salut et qui nous permettent de nous ouvrir aux réalités du Royaume. Celles-ci nous sont données gratuitement.

Nous devons choisir entre Dieu et l’argent ; ce n’est pas une chose facile ! L’argent a toujours tendance à devenir nos vies une puissance. L’argent peut être ordonné au salut selon le but qu’on se propose. Il faut découvrir le mystère de Dieu et y entrer.

St Paul nous demande de prier pour tous les hommes et en particulier pour ceux qui ont des responsabilités. « J’insiste avant tout pour qu’on fasse des prières de demande, d’intercession et d’action de grâce , pour tous les hommes, pour les chefs d’Etat et tous ceux qui ont des responsabilités, afin que nous puissions mener notre  vie dans le calme et la sécurité, en hommes religieux et sérieux ». Ce que veut Dieu, c’est que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité. Pour être pleinement dans la lumière, c’est à un don absolu de notre être au Christ que nous sommes conviés. C’est le témoignage que l’Eglise doit donner au monde ; enseigner la vérité, enseigner la prière pour le  monde entier et les nations païennes. Si nos êtres ne sont pas orientés vers la lumière de Dieu, nous aurons ce que nous connaissons trop bien, un monde d’injustices.

Voilà pourquoi Paul insiste sur la nécessité de la prière : « Je voudrais qu’en tout lieu que les hommes prient en levant les mains vers le ciel, saintement, sans colère ni mauvaises intentions ». La pureté du cœur est nécessaire pour que notre prière soit lumière dans le mystère de Dieu.

Amos dénonce ceux qui faussent les balances, ceux qui trafiquent les prix, ceux qui achètent les pauvres pour un peu d’argent. La dénonciation du Seigneur est violente : « Ecoutez ceci, vous qui écrasez le pauvre pour anéantir les humbles du pays, car vous dites : « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera passée, pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le sabbat sera passé pour que nous puissions écouler notre froment… Le Seigneur jure par la fierté d’Israël : Non jamais, je n’oublierai aucun de leurs méfaits ». Il en va du salut des hommes et de la vérité dans le mystère de Dieu. C’est clair !

Nous avons à nous laisser faire par le Seigneur, pour nous dégager des liens de l’argent qui peuvent devenir des pièges. L’argent n’est pas maudit en lui-même mais il n’est que service, volonté de partage entre les hommes. Il doit être un moyen de communication entre les hommes et un service du bien commun de l’humanité.

Dans notre monde où la guerre sévit à de tas d’endroit, nous devons tout faire pour que notre vie soit lumière pour les hommes et soit un don pour nos frères. Tous ces frères que le Seigneur nous donne à travers le monde, nous devons les recevoir dans sa lumière. Les recevoir, c'est-à-dire être capable de les écouter, de les accueillir, de leur donner tout ce que nous pouvons dans la charité du Seigneur.

Cela suppose un jugement sur nos vies, un discernement de ce qui est essentiel et de ce qui ne l’est pas pour que nous soyons libre dans la clarté de Dieu. Dieu ou Mammon. Dieu est le vrai Seigneur. Nous rejetons toutes les idoles et nous voulons appartenir qu’à Jésus-Christ, le seul médiateur entre Dieu et les hommes qui s’est livré en rançon pour tous.

Que Dieu nous donne la plénitude de son amour afin de reconnaître ce même amour jusqu’au bout, dans la vérité. Amen !

(Extrait du livre : La puissance de l'amour de Dieu dans sa Parole. Homélies, année C. Parole et Silence )

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Ecrits, Etudes] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."