Vingt-quatrième dimanche du temps ordinaire

Exode 32, 7-14 Timothée 1, 12-17 Luc 15, 1-32

 

Devant la conduite de Jésus, il y a le scandale. Jésus reçoit et fait bon accueil aux  pécheurs et mange même avec eux. Il s’est mis à la table des pécheurs. Pour répondre à tous ceux qui le mettent en question, le Christ invente des paraboles pour expliquer ce qu’il est. Parmi elle, nous avons la parabole de la brebis perdue. Le récit nous raconte la recherche éperdue de la brebis égarée. Une fois trouvée, l’homme la prend sur ses épaules et de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins et leur dit : « Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdu ! ». Le mystère du Seigneur est un mystère de retrouvailles. Il est venu pour cela, rechercher ce qui était perdu ! Nous étions tous engagés dans le péché, le Christ est venu pour nous dire la bonté de la sagesse de Dieu et nous mettre dans sa miséricorde. « C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion ».

Dans le mystère de Dieu, la joie est là quand un pécheur se convertit. Il entre dans la vie de Dieu et à ce moment-là tout est neuf. C’est ce que veut dire : justifier. Le Christ est venu pour nous justifier pleinement.

La parabole de la drachme perdue et plus encore celle de l’enfant prodigue nous disent le même mystère. Pour cette dernière, il faut insister sur le Père qui est en attitude de recherche sur ses enfants perdus. « Comme l’enfant prodigue était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de pitié ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers ». Voilà le cœur de la parabole : le Père est saisi de pitié. C’est le Père qui a l’initiative de nous faire revenir vers lui, ce n’est pas le pécheur qui l’a. Alors vient la proclamation du fils : « Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils ». Le Père manifeste sa joie et la fait éclater : « Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller. Mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds. Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons. Car mon fils que voilà était mort, il est revenu à la vie ; il était  perdu et il est retrouvé ». Le fils nous met devant l’attitude de son Père qui reçoit toujours avec miséricorde celui qui s’est éloigné. L’attribut le plus profond du Seigneur, c’est la miséricorde. C’est la volonté de nous faire entrer dans la confession de nos péchés pour communier à la joie de Dieu de donner le pardon. Le fils aîné n’est là que pour nous montrer que c’est le don total de soi-même qui compte. Il ne faut aucun repli sur soi. Le Père répond au fils aîné gravement : « Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi, est à toi. Il fallait bien festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu et il retrouvé ».

Il n’ y a pas d’autre joie pour Dieu que de voir un pécheur se retourner vers lui. La croix du Christ est là pour nous sauver de la mort et nous donner la vie. Bien sûr, nous ressemblons à nos ancêtres de l’Ancien Testament qui ont adoré le veau d’or, nous sommes des idolâtres, nous mesurons que notre volonté ne s’accorde pas pleinement à la volonté de Dieu. Le Seigneur dit à Moïse que ce peuple a « la tête dure » ; cependant il ouvre son cœur à ceux qui l’en prient. Le pardon est le cœur du mystère de Dieu. Pardonner, aller au-delà du don, au-delà de tout pour manifester la plénitude de l’amour, la gratuité de l’amour. Pardonner, c’est donner à la perfection. Nous avons à pardonner comme le Seigneur nous a pardonné. Nous sommes des êtres pardonnés, c'est-à-dire qui ont reçu avec « excès » la miséricorde de Dieu et qui sont appelés à manifester avec le même excès, l’excès même de l’amour Dieu qui s’est livré à la croix qui est la folie de l’amour de Dieu, sa miséricorde.

Découvrir Dieu, c’est découvrir qu’il est miséricordieux. Nous avons à nous laisser faire par la miséricorde. Il n’y a pas d’autre voie, il n’y a pas d’autre route. « Réjouissiez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue ». Nous pouvons nous réjouir avec Dieu et ses anges dans le ciel parce qu’un seul pécheur se convertit. Cela vaut mieux que les quatre-vingt-dix-neuf justes qui prétendent n’avoir pas besoin de pénitence. La miséricorde est la proclamation souveraine de la vérité même de Dieu. Le chapitre 15 de St Luc est centré sur la miséricorde pour nous dire que c’est le cœur de l’Evangile, qu’il faut en manifester la vérité, en témoigner.

St Paul chante la miséricorde dans sa vie. « Moi, qui autrefois ne savait que blasphémer, persécuter, insulter. Mais le Christ m’a pardonné ». La grâce de Dieu a été plus forte si bien qu’il est devenu un exemple pour toute l’Eglise. « Mais si le Christ m’a pardonné, c’est pour que je sois le premier en qui toute sa générosité se manifesterait ; je devrais être le premier exemple de ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle ». Paul est un être profondément pardonné comme chacun d’entre nous doit l’être. C’est là notre source, c’est là que tout jaillit. Au cœur de nos vies, il y a le pardon même de Dieu : laisser jaillir en vous cette d’eau vive qui rafraîchit tous ceux qui vous entourent. Laissez jaillir cette Parole de Dieu qui est faite pour annoncer aux hommes sa miséricorde infinie. Quelque que soit le péché des hommes, il y a toujours un pardon, une espérance en l’infinie miséricorde de Dieu.

Découvrons nos frères dans la miséricorde de Dieu. Regardons les avec un regard tout nouveau, tout neuf, comme il n’ y en a pas d’autre : le regard inouï du Seigneur qui nous aime malgré nos fautes, malgré nos faiblesses, malgré nos péchés. Il est là et ce regard peut tout. Soyons comme Paul et rendons grâce d’avoir été convertis par le Seigneur, appelés à une conversion toujours plus profonde. Soyons miséricordieux comme le Seigneur est miséricordieux. Amen !

(Extrait du livre : La puissance de l'amour de Dieu dans sa Parole. Homélies, année C. Parole et Silence )

 

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Ecrits, Etudes] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."