La paternité - don de sa vie ...


Préface du colloque I
: " Un homme pris par le Mystère de Dieu"

                   Par Mgr Christoph von Schönborn

 

"Ce n'est que dans la lumière de la vision béatifique, dans l'éternel face à face avec le Dieu vivant, que nous verrons comment se sont noués les fils, pour la plupart invisibles, qui ont tissé notre vie. Mais il y a ici-bas une manière, non pas de les connaître tous, mais de les reconnaître : c'est la gratitude. Avoir de la gratitude, c'est reconnaître, sans nécessairement en connaître tous les détails, que nous avons tant reçu, que nous avons tout reçu. Et quelle tristesse que de se rendre compte qu'on n'a pas assez montré de gratitude !

 

A un moment où l'on proclamait hautement " la mort du Père", où l'on annonçait comme une libération " une société sans père", le "Père des miséricordes", celui dont Tertullien disait que "nemo tamquam Deus Pater", nous a fait la grâce inouïe de rencontrer un père. L'Orient chrétien le savait depuis des siècles : trouver un père spirituel, c'est trouver la vie. Dieu nous a fait cette grâce. Comme toutes les grâces, elle n'est pas seulement imméritée, mais inexplicable.

 

Lorsque notre regard se tourne vers ces années, un vertige nous saisit comme devant un gouffre. Comment comprendre ce qui s'est passé ? Comment en mesurer les dimensions ? On dit que soixante-dix mille prêtres auraient quitté le ministère en ces années. Qui peut peser la somme de souffrances, de désarroi, de désolation qui se cache derrière ce chiffre ? Elle est trop grande pour qu'on puisse ergoter sur des attributions de culpabilité. Mais ce qui nous saisit d'étonnement, c'est que le Seigneur nous ait donné, en ces années de tempête, des guides sûrs. Devinant à peine quelle grâce cela a été, notre réponse ne peut être qu'une gratitude pour toujours : Misericordias Domini in aeternum cantabo.

 

Si notre témoignage de gratitude pour le Père Le Guillou s'arrête surtout à cette période cruciale, ce n'est pas seulement parce que c'était l'époque où sa paternité nous a été donnée, mais parce que c'était aussi le moment où sa propre vie entrait, par la maladie, dans cette longue, ultime purification.

 

Aujourd'hui, il est permis de dire ce qu'il m'avait confié en 1980, lors du colloque sur saint Maxime, à Fribourg. Déjà profondément marqué par la maladie, il pensait qu'il avait été atteint pour la première foi par ce mal lors du Synode des évêques en 1971. Ce fut en effet un moment crucial dans l'histoire bouleversé de l'après-Concile. Il s'agissait du sacerdoce, tant du point de vue doctrinal que disciplinaire, du caractère sacramentel du sacerdoce et du maintien du célibat sacerdotal. Le Père Le Guillou, parfaitement clairvoyant sur l'enjeu, n'a pas hésité à se donner sans réserve. Il a travaillé sans arrêt pendant quarante-huit heures pour affirmer fortement la doctrine catholique du sacerdoce, s'opposant ainsi à un puissant courant de pensée qui le faisait souffrir. A Fribourg, neuf ans après, il attribuait à cette fatigue excessive l'origine de sa maladie, et il y voyait comme la consommation du don conscient et consenti de sa vie pour l'Église et pour les prêtres.

 

La paternité est don de soi, don de sa vie. Qui consent à être père consent à "passer", à donner la substance de sa vie pour que la vie soit transmise. Les fils n'ont pas nécessairement conscience de ce don, mais c'est grâce à lui qu'ils vivent, et qu'ils pourront, à leur tour, accepter d'être pères. Pour nous, ses anciens élèves, le Père Le Guillou a su aménager – au prix de quelles souffrances ? – l'espace de liberté spirituelle et intellectuelle qui nous a permis d'étudier, de mûrir, à l'abri des vents de folies idéologiques. Avec son profond calme, sa sérénité, sa sûreté doctrinale, il nous a aidés à nous garder libres des polémiques stériles.
En ces "temps de guerre", il nous a permis de vivre sur un îlot de paix.
Dans cette période de laideurs, il nous a donné le goût de la philocalia, de l'amour du beau, de la beauté de la foi, de la sainteté.
Par sa joie spirituelle il nous a fait comprendre que la vérité rend libre.
Enfin, et ce n'est pas le moindre trait de sa paternité spirituelle, il ne nous a pas retenus pour lui-même. Pour le bien de nos études, pour notre enracinement dans l'amour de l'Église, pour notre croissance dans la foi, il nous a fait partager ses amitiés d'Église : avec des théologiens orthodoxes comme Olivier Clément et le Père Boris Bobrinskoï, avec des intellectuels comme Alain Besançon, et surtout avec le Professeur Joseph Ratzinger et le Père Hans Urs von Balthasar.

 

Comment traduire notre gratitude pour tant de dons reçus ? Ce recueil de témoignages et d'études veut en être une expression. Ce ne sont que quelques fils du riche tissu de sa vie qui peuvent être mis en lumière. L'essentiel reste invisible, réservé dans le secret de Dieu pour le grand jour de la Rencontre.

 

Cependant, un fil, de pourpre celui-là, doit être relevé : la présence de Mère Marie–Agnès et des Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre auprès du Père Le Guillou, tout au long des années de maladie. Mystérieuse, merveilleuse fécondité de la vie en Christ. Au lendemain de son passage auprès du Père, Mère Marie-Agnès pouvait dire : "Il nous a donné Dieu." Aujourd'hui nous pouvons dire : "Vous nous avez donné une deuxième fois le Père Le Guillou." A travers les "Notes de Jeunesse", il nous est donné d'entrevoir la source d'eau vive dont se nourrissait toute la vie du Père Le Guillou, et qui maintenant " jaillit en vie éternelle".



Mgr Christoph von Schönborn
dans le Colloque I ,1992

 

[Accueil] [Prier par son intercession] [Récollection-Pèlerinages] [Écrits, Études] [Une vie pour Dieu] [Lire la Parole]


© 2003, L'Association "Père Marie-Joseph le Guillou o.p."